Troubles ATM: comment les soigner?

Troubles ATM: comment les soigner?

Encore connue sous le vocable d’ATM, l’articulation temporomandibulaire est cette articulation qui se situe entre la mandibule ou mâchoire inférieure et l’os temporal du crâne. Chaque être humain en possède deux, car l’articulation temporomandibulaire se retrouve de chaque côté du visage humain. Elle joue une fonction capitale en ce qui concerne l’ouverture et la fermeture de la bouche (mastication, bâillement, déglutition, etc.). En cas d’anomalie ou de dysfonctionnement pendant l’une des fonctions de l’ATM, des craquements et des douleurs peuvent survenir. La personne sujette à ces symptômes se plaindra alors d’un trouble de l’ATM.

Les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire : c’est quoi concrètement ?

Les troubles ATM naissent d’un dysfonctionnement entre les éléments constitutifs de l’articulation temporomandibulaire. Ces éléments sont les suivants :

  • Les petits muscles grâce auxquels la mandibule peut bouger ;
  • La base du crâne où l’on retrouve le condyle de la mandibule et l’os temporal ;
  • Le liquide synovial qui facilite le mouvement de la mâchoire ;
  • Les nerfs et les vaisseaux sanguins ;
  • Les surfaces articulaires qui comportent un disque articulaire où se reposent le condyle et le crâne durant les mouvements de la mâchoire ;
  • Les tendons et les ligaments.

L’ensemble de ses éléments doit être en parfait équilibre. Les troubles interviennent en cas de décentrage de l’ATM. À cet effet, on note 3 types de troubles de l’articulation temporomandibulaire à savoir : troubles articulaires, troubles musculaires et l’arthrite.

Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire : zoom sur les causes

Le constat a été établi qu’une personne sur deux souffre de trouble de l’ATM. Cependant, seulement une personne sur dix va en consultation. Pour éviter donc de successibles complications, il est important d’avoir une vue d’ensemble sur les causes qui peuvent générer cette pathologie. Il existe des causes morphologiques responsables des troubles de l’ATM à savoir :

  • Un changement sur le côté de mastication,
  • Une obturation dentaire qui implique un contact entre les dents inférieures et supérieures 1 000 à 1 500 fois par jour,
  • Un manque d’un ou de plusieurs dents comme une molaire,
  • Une occlusion des incisives,
  • Une ablation d’une dent de sagesse.

Par ailleurs, on note la présence d’autres causes externes à savoir :

  • Les traumatismes émotionnels,
  • Le stress (responsable de la contraction des mâchoires),
  • La fatigue,
  • La consommation excessive de chewing-gum,
  • Le fait de dormir sur le ventre,
  • Les troubles de la ventilation nasale,

Mais comment reconnaître les troubles de l’articulation temporomandibulaire ?

Les troubles d’ATM et leurs symptômes

Les signes qui dévoilent l’existence d’un trouble de l’articulation temporomandibulaire sont assez variés. Il s’agit généralement de la gêne à la mastication, des blocages de la mâchoire, des claquements et des craquements à l’ouverture de la bouche, des luxations récidivantes de la mâchoire, les douleurs au niveau des muscles masticateurs, etc.

Par ailleurs, il est important de souligner qu’il existe d’autres signes des troubles d’ATM. Par contre, l’identification de leur origine reste ardue. Ces derniers se regroupent comme suit : gingivite, douleurs de sinusite, migraines, céphalées, bourdonnements d’oreilles et sensation de goût métallique dans la bouche. À ces symptômes peuvent s’ajouter des morsures à l’intérieur des joues, les douleurs faciales dans la partie des muscles masticateurs, etc.

Soigner les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire : un processus à suivre

Le premier processus à suivre dans le traitement des troubles d’ATM est le diagnostic. Si vous êtes sujet à ce mal, il va donc falloir aller consulter un stomatologue. Il est capable de faire un diagnostic et de traiter un trouble de l’articulation temporomandibulaire. Toutefois, vous pouvez également trouver une dentisterie neuromusculaire à cause de la variété des symptômes. Des examens seront ensuite nécessaires pour dévoiler l’anomalie au niveau de l’articulation temporomandibulaire. Il s’agit par exemple de la radiographie et de l’IRM.

Au surplus, vous pouvez opter pour les différents modes de traitements qui vous seront proposés. Il existe en effet le traitement fonctionnel et l’intervention chirurgicale. Mais vous devez savoir que chaque traitement est tributaire de l’origine du trouble d’ATM.

En ce qui concerne le traitement fonctionnel, il bat un record de 90 % de soulagement. Il prend en compte :

  • le traitement en fonction du symptôme lorsque les douleurs persistent,
  • le port d’une plaque occlusale ou articulaire en vue de soulager les symptômes du trouble de l’articulation temporomandibulaire,
  • le meulage dentaire dans le but d’améliorer l’obturation dentaire.

L’autre mode de traitement qui se résume à l’intervention chirurgicale prend en compte le déboîtement méniscal, la perforation du ménisque et la lésion articulaire ostéocartilagineuse.

Quelques conseils pour prévenir les troubles de l’ATM

Vous pouvez éviter un trouble de l’articulation temporomandibulaire en adoptant quelques comportements très simples :

  • supprimez la consommation sans modération du chewing-gum,
  • dormez de façon alternée sur chaque côté,
  • évitez de toujours ouvrir largement votre bouche lors des bâillements,
  • protégez votre dentition durant l’exercice d’activités physiques à l’instar du rugby.
Les commentaires sont clos.