Passer du tabac à la cigarette électronique : bonne ou mauvaise idée ?

Passer du tabac à la cigarette électronique : bonne ou mauvaise idée ?

L’arrêt du tabac fait partie de ces défis que des milliards d’individus partagent, chaque année. Au-delà du manque en nicotine, substance responsable de l’addiction, c’est aussi le geste, l’habitude et le côté « social » de la cigarette qui coincent. L’alternative du vapotage est intéressante. Pas de panique, nous n’allons pas nous faire l’avocat de la cigarette électronique.

Nous sommes conscients que des études plus approfondies devront être réalisées pour bien cerner son impact à long terme. En revanche, ce qui est sûr, c’est que le vapotage vous épargne une centaine de substances toxiques que vous inhalez habituellement avec le tabac, comme le goudron, le monoxyde de carbone, le plomb, etc. Alors oui, la nicotine est toujours là, mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette substance est loin d’être la plus nocive dans la composition chimique de la fumée. Dans cet article, nous allons revenir sur l’impact du passage du tabac au vapotage, tout en vous donnant notre top 5 des meilleures cigarettes électroniques pour dire adieu au tabac et améliorer votre qualité de vie.

Vapotage vs. tabac : la cigarette électronique est-elle plus sûre ?

Il y a un débat grandissant sur la question. Mais contrairement à ce qui est parfois relayé, nous avons passé un cap en 2017 : le débat a tranché sur la question de la comparaison entre les effets secondaires du vapotage et du tabac. Et la question est maintenant de maîtriser les effets secondaires sur le long terme du vapotage. Comme nous vous l’expliquions plus haut, le vapotage évite au fumeur la centaine de substances chimiques cancérigènes de la cigarette à tabac, tout en lui permettant de contrôler son apport en nicotine. Il peut en effet opter pour une approche dégressive en réduisant progressivement la concentration nicotinique des e-liquides qu’il vapote.

Au Royaume-Uni, pays qui se montre pionnier en matière de recherche scientifique en la matière, Public Health England (PHE), branche du ministère de la Santé et des Affaires Sociales, affirme par exemple que la cigarette électronique est 95 % moins nocive que le tabac.

Dans le cadre de ses efforts pour réduire le tabagisme, PHE a produit une courte vidéo YouTube d’une expérience visant à démontrer les différences visibles entre les résidus de la fumée de cigarette et la vapeur des e-cigarettes. Et le contraste est saisissant. L’expérience a été menée par le Dr Lion Shahab, éminent universitaire spécialisé dans le sevrage tabagique de l’University College London, et le Dr Rosemary Leonard, journaliste et médecin généraliste. Vapoter, c’est faire un grand pas vers une vie sans tabac, tout en se protégeant des effets handicapants d’un sevrage tabagique trop brusque.

Bien que les Etats-Unis soient beaucoup moins réceptifs à la cigarette électronique en comparaison avec certains pays européens comme la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, les instances sanitaires semblent moins catégoriques qu’il y a 5 ans. Par exemple, l’American Cancer Society explique : « Sur la base des preuves actuellement disponibles, l’utilisation des e-cigarettes nouvelle génération est moins nocive que le fait de fumer des cigarettes, mais les effets sur la santé d’une utilisation à long terme ne sont pas connus ».

Quels sont les effets secondaires de la cigarette électronique ?

Ce qu’il faut donc retenir, en somme, c’est que le vapotage est 95 % plus sûr que le tabac, mais il comporte sans doute ses propres risques que nous ne maîtrisons pas encore complètement. Il faut toutefois éviter les modèles inconnus et opter pour des marques qui font autorité, comme Juul, Voopoo, Smoke ou encore Eleaf (voir ici : https://www.vapoclope.fr/871-cigarette-electronique-eleaf).

Une équipe de chercheurs de l’université de Catane (Italie) et de l’université de Californie, dirigée par le Dr Riccardo Polosa, a suivi attentivement les signes vitaux coronaires, circulatoires et pulmonaires des participants vapoteurs pendant 3,5 ans.

  • la pression artérielle
  • la fréquence cardiaque
  • le poids
  • la fonction pulmonaire
  • les signes respiratoires
  • l’oxyde nitrique dans l’air expiré
  • le monoxyde de carbone expiré
  • la tomographie informatisée à haute résolution (HRCT) des poumons

L’étude a conclu que les utilisateurs de cigarettes électroniques n’avaient aucun effet négatif sur la santé d’après ce qui a été mesuré, avec des résultats pratiquement indiscernables de ceux des non-utilisateurs. « Même chez les plus gros utilisateurs de cigarettes électroniques, il n’y avait aucune indication de lésion pulmonaire émergente comme le montrent ces mesures physiologiques, cliniques, radiologiques et inflammatoires ». Bien entendu, ces vapoteurs n’étaient pas des fumeurs à la base autrement, il n’aurait pas été possible de distinguer les dégâts du tabac de ceux potentiellement causés par la cigarette électronique.

Les commentaires sont clos.