Connaître la dépression post-partum pour s’en préserver

Connaître la dépression post-partum pour s’en préserver

Le corps ainsi que l’esprit sont sujets à un certain nombre de changements pendant et après la grossesse. Si vous avez l’impression de manquer à votre devoir de mère, vous pourriez être en train de faire une dépression post-partum. S’il y a des moyens pour soigner vous et votre bébé, il est toujours préférable de prévenir.

Dépression post-partum, qu’est-ce que c’est ?

Étymologiquement, le thème post-partum désigne le temps après l’accouchement. C’est un moment où les femmes se sentent généralement tristes ou vides. Ce n’est pas une chose tout à fait normale. En effet, c’est une affection mentale sévère qui affecte le cerveau, le comportement et la santé physique.

Si vous êtes en dépression, les sentiments tristes ne disparaissent pas et peuvent interférer avec votre vie quotidienne. Vous pourriez vous sentir déconnectée de votre bébé, comme si vous n’étiez pas sa mère. Vous pourriez également avoir l’impression de ne pas bien l’aimer ou de ne pas bien prendre soin de lui. Ces sentiments peuvent être légers ou graves. Les mères peuvent également éprouver des troubles anxieux au cours de la grossesse et après l’accouchement.

La dépression post-partum est un problème courant après la grossesse. Les statistiques montrent qu’une nouvelle mère sur neuf en souffre. Pourquoi une telle prévalence ?

Les causes de la dépression post-partum
Ce sont les changements hormonaux qui déclenchent les symptômes du mal. Les niveaux des hormones femelles œstrogènes et progestérones sont les plus élevés pendant la grossesse. Dans les 24 premières heures après l’accouchement, les niveaux d’hormone retombent rapidement pour revenir à la normale. Ce changement soudain des niveaux d’hormone conduit à la dépression. Les niveaux d’hormone thyroïdienne peuvent également baisser après l’accouchement. Or, une telle baisse peut également être à la base de la dépression.

Par ailleurs, certains facteurs peuvent favoriser la dépression post-partum :

  • un sommeil insuffisant ;
  • des doutes quant à la capacité d’être une bonne mère ;
  • le manque de temps libre ;
  • le besoin irréaliste d’être une maman parfaite, etc.

Ce sont des sentiments communs chez les nouvelles mères.

Comment faire face à la dépression post-partum ?

Ce n’est pas bien grave si vous souffrez d’une telle dépression. Il y a divers traitements disponibles pour vous aider à aller mieux :

  • la thérapie : consultez un thérapeute, un psychologue ou un travailleur social pour apprendre des stratégies afin de changer la façon dont la dépression agit sur vous.
  • les médicaments : des médicaments sont disponibles en pharmacie pour traiter la dépression post-partum. Ils doivent être prescrits par un médecin ou une infirmière. Le type le plus commun est l’antidépresseur. Il aide à remédier aux manifestations du mal. Mais, il va falloir attendre plusieurs semaines pour remarquer ses effets.
  • la thérapie électro convulsive : elle est requise pour le traitement des cas extrêmes de dépression post-partum.

S’il est bien de soigner cette dépression, il est encore mieux de la prévenir.

Comment prévenir la survenue de la dépression post-partum ?

La meilleure façon de prévenir la dépression post-partum, c’est d’être en pleine forme. Par conséquent, dormez quand votre bébé dort. Reposez-vous tant que c’est possible. N’essayez pas d’en faire trop ni tout faire par vous-même. S’il le faut, demandez de l’aide à votre conjoint, votre cercle familial ou amical. Sortez de chez vous pour rendre visite à vos amis. Passez du temps seule avec votre conjoint ou avec les gens que vous aimez.

Faites part de vos préoccupations à votre conjoint et à vos proches. Parlez avec d’autres mères afin d’apprendre de leurs expériences. Toujours dans le même registre, intégrez un groupe de soutien si possible. Ne modifiez pas votre vie tout de suite après l’accouchement.

D’autres changements majeurs dans la vie d’un nouveau bébé peuvent causer un stress. Hélas, de grands changements ne pourront être évités. Lorsque cela se produit, essayez d’obtenir du soutien et de l’aide dans votre nouvelle situation. Il est aussi intéressant d’avoir un partenaire qui peut prendre soin du bébé quand vous êtes à bout de souffle. Si vous vous sentez déprimée pendant la grossesse ou après l’accouchement, ne souffrez pas seule. Dites-le à un être cher et appelez votre médecin immédiatement.

 

Les commentaires sont clos.